Axe 4

Axe 4 : Glycolipides

 

    Cet axe vise à regrouper des compétences interrégionales à l’interface chimie-biologie autour d’une étude émergente sur des glycolipides bioactifs. Dans ce projet, l’ambition est d’explorer une nouvelle approche pour assurer le transport et le relargage contrôlé de glycolipides (et/ou glycocéramides) immunostimulants vers une cible biologique définie. Pour cela, nous souhaitons développer un nouveau type de nanomatériaux constitués d’une combinaison inédite d’adjuvants glycolipidiques membranaires (diéthers et tétraéthers) issus d’archaebactéries et d’un anticorps monoclonal. Le projet,qui aborde des aspects fondamentaux à fort potentiel applicatif, concerne 3 groupes de recherche en chimie: Nantes (CEISAM, CNRS 6230), Le Mans (IMMM, UMR 6283) et Rennes (ENSCR CNRS 6226), associés à des partenaires biologistes de Nantes (Inserm U892-IRS et CHU R. Gauducheau) et de Rennes (Inserm U1085-IRSET), mais aussi internationaux (Académie des Sciences Tchèquie etUniversité de Southampton).

    Depuis plusieurs années, Les partenaires du projet développent avec succès une thématique de recherche sur la synthèse et l’évaluation biologique d’analogues de l’alpha-galactosylcéramide (alpha-GalCer),un immunostimulateurdes NKTide source marine dont l’activité anticancéreuse est en phase II d’étude clinique. Une extension récente des recherches a porté sur l’encapsidation de l’ alpha-GalCerdans des liposomes pour en contrôler la délivrance et a fait l’objet d’un soutien interrégional dans le cadre du programme GlycoNet. L’objectif est maintenant, dans le cadre du réseau GlycoOuest, d’étudier la possibilité d’associer ces nanostructures liposomales, contenant l’ alpha-GalCer, à des anticorps monoclonaux anti-EGFR dans le but de les diriger vers les cellules cancéreuses épithéliales. Cette stratégie anticipe l’émergence d’un effet synergique entre l’activité anticancéreuse intrinsèque des Mab-anti-EGRF et l’activation concomitante du système immunitaire induit par le relargage contrôlé de l’ alpha-GalCer au plus près de l’environnement tumoral. Ce concept ambitieux, inexploré en immunothérapie anticancéreuse, recouvre une approche comportant plusieurs aspects fondamentaux novateurs nécessitant l’acquisition de nouvelles compétences à l’interface de la chimie (synthèse de glycolipides originaux et leur vectorisation dans un liposome glycolipidique), de l’immunologie (NKTi et Anticorps) et de l’oncologie (tests biologiques in vitro et in vivo). Pour répondre à ce défi, des compétences complémentaires présentent sur le territoire interrégional seront également sollicitées pour l’analyse structurale de molécules complexes glycosylées(RMN, spectroscopie de masse de grosses molécules glycosylées très peu développées en France mais présent sur la plateforme BIPS (INRA de Nantes).

Les commentaires sont fermés.